Miss Hokusai (Keiichi hara, Japon, 2015)

910552hokuzai2bis

Vagounette

On y croit au début avec ce dessin raté d’un dragon revenant du ciel pour, sous les doigts de Miss Hokusai, renaître sur le papier. Puis le film se perd avec une jeune aveugle – niaiserie engaged, aïe ! Ca repartirait presque avec ces fantômes qui figurent joliment la créativité, mais finit par aller nulle part ailleurs qu’à un générique de fin bienvenu. Le réalisateur Keiichi Hara s’en tire plutôt bien malgré tout : il évite l’académisme ampoulé que revêt souvent ce type de projet, cherche l’hymne à la créativité en choisissant le bon angle, mais n’arrive pas totalement à s’extraire de la mise en abîme. M’a donné envie de revoir la série Mononoke, c’est déjà ça. Et le plus cochon Hokusai manga, nettement plus pétillant rayon chair fraîche !

Résumé : en 1814, HOKUSAI est un peintre reconnu de tout le Japon. Il réside avec sa fille O-Ei dans la ville d’EDO (l’actuelle TOKYO), enfermés la plupart du temps dans leur étrange atelier aux allures de taudis. Le « fou du dessin », comme il se plaisait lui-même à se nommer et sa fille réalisent à quatre mains des œuvres aujourd’hui célèbres dans le monde entier. O-Ei, jeune femme indépendante et éprise de liberté, contribue dans l’ombre de son père à cette incroyable saga artistique.

Publicités
Cet article a été publié dans Dessins animés, Images dérisoires, Japon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s